21.10.07

Pouézie du soir



Ô montagne, toi qui cache le soleil toujours trop tôt
Nous obligeant à rentrer chez nous manger des gâteaux

Ô montagne, toi qui aime te parer de blanc flocons
Annonçant la queue au ski pendant la pleine saison

Ô montagne, toi qui nous cache l'horizon lointain
Nous forçant à grimper pour enfin voir au loin

Ô montagne, on t'aime bin quand même.


Jeu : A vous de raconter votre pouézie !




3 commentaires:

Vde Corp$ a dit…

On trouve dans les monts des lacs de quelques toises,
Purs comme des cristaux, bleus comme des turquoises,
Joyaux tombés du doigt de l'ange Ithuriel,
Où le chamois craintif, lorsqu'il vient pour y boire,
S'imagine, trompé par l'optique illusoire,
Laper l'azur du ciel.

Ces limpides bassins, quand le jour s'y reflète,
Ont comme la prunelle une humide paillette ;
Et ce sont les yeux bleus, au regard calme et doux,
Par lesquels la montagne en extase contemple,
Forgeant quelque soleil dans le fond de son temple,
Dieu, l'ouvrier jaloux !


Oui bon c'est pas terrible j'en ferais un plus sympa quand j'aurais le temps

FX und Aurelich a dit…

hé bin ! Y a de la graine de roliste.

Anonyme a dit…

encore un coup de nounours inspector.... tu parles d'une inspiration toi !!! moi je préfère quand il fait du cinéma ! na.