2.6.14

Japon première partie : à pied sur le Kumano Kodo.

5 jours de rando sur le Nakahechi.

Bon, quitte à aller au Japon, autant aller y randonner.
Attention ! Ce post ne contient pas de sushis ni de photos de Tokyo.

Pour simplifier la tâche, on a choisi le Nakahechi trail, c'est une ancienne route de pélerinage qui traverse la péninsule de Kii d'ouest en est, et passe par de grands temples. 
Toutes les infos pour qui serait tenté, par ici : http://www.tb-kumano.jp/fr/kumano-kodo/

Pour la logistique, on a laissé nos bagages de touristes classiques au ryokan et on est parti sacs sur le dos avec tente et réchaud.
Pour le trajet, on a fait selon les campings, avec une journée "off" le troisième jour pour visiter le site d'Hongu Taisha.
Avantage du camping : pas cher bien sûr, mais surtout onsens !
Inconvénient : ils sont pas forcément idéalement placés sur le parcours (et encore, c'est pas pire).

Topo à la main (facile a récupérer au tourist information de Tanabe) on commence à marcher, enfin à grimper.
Ne pas se fier aux gentillettes courbes de dénivelés du topo, la réalité est toute différente : ça grimpe sévère, droit dans la pente. Si t'as pas de bâtons de marche tu peux dire adieu à tes p'tits genoux!


Le matériel : 5kg par personne sans l'eau et la bouffe.



Premier jour, on est tout frais et encore souriants.
On s'apprête à faire le tracé rouge sur la carte derrière nous.

















Oui, c'est un évier dans une forêt !



Plus classe que l'évier, les fontaines traditionnelles pour les ablutions avant d'entrer dans un temple.



Impossible de se perdre, le fléchage est parfait.




L'arrivée sur Yunomine



Il fait nuit à 19h en ce début mai.






On a rencontré un Japonais à Yunomine qui est capable de faire des trucs dingues avec un brin d'herbe.
Le gigantesque Torii marquant l'entrée du site d'Hongu

Hongu Taisha










L'itinéraire est ponctuée de Jizos



Avant-dernier jour : Koguchi.
Le camping est fermé, ou alors n'accueille personne le lundi, enfin on n'a pas très bien compris.
Bref on doit trouver un autre endroit pour poser la tente.



Comme la dernière étape est assez difficile, on décide de s'avancer  un peu.



On pose la tente sur le chemin a coté d'un abri.
Fort utile cette aire de pic-nic, car il a plu sans s'arrêter de 17h à 5h du mat.
C'est probablement pas la meilleure nuit, on a dormi à moitié dans un ruisseau.
Au moins la tente est validée question étanchéité.


Ambiance matinale, la brume monte de la vallée.



Du coup, l'humidité réveille les crabes.
Bon pourquoi pas, des crabes à 700m d'altitude!



Amateur de mousse verdoyante, le Kumano Kodo est pour vous !

Puis l'objectif final pointe à l'horizon.


on valide ce périple par la photo finish.
Nachi Taisha sur fond de cascade.


En deux photos, comment bien s'alimenter en rando :


Une bonne bière


Des bentos box, et autres boulettes de riz


Pour conclure:
C'est un bel itinéraire, très bien balisé.
Honnêtement : on a souffert un peu des escaliers.
En 20 ans de rando (moi la montagne, même pas peur je m'y connais, j'vous dit pas) j'ai jamais eu de problème... Eh bien là j'ai eu droit à ma p'tite tendinite du genou.
Le premier jour j'y suis allé motivé comme jamais, et que je te monte des marches avec le sourire, et que je trottine facile, et que le premier soir j'ai comme un genou qui chauffe.
La dernière volée de milliers de marches pour arriver à Nachi Taisha restera gravée dans mon genou gauche !
En tout cas c'était cool !

2 commentaires:

Huat JC et Ma a dit…

Bravo pour ce beau périple!!!

Corinne Morazin a dit…

J'adore!
Les photos sont super jolies!
Vivement qu'on y aille!
Bon après la sauterelle en herbe j'éviterai pour ma part! Hihihi
@p'luche